Fait religieux en entreprise : renforcer la confiance

Les bénéfices indirects pour l’entreprise de la prise en compte du fait religieux et des questions de sécurité : renforcer la confiance

Par Xavier GUEZOU, Délégué général de l’Institut des Hautes Études du Monde Religieux (IHEMR)

Dans notre pratique d’accompagnement des directions d’entreprises et de formation des cadres autour des expressions convictionnelles, nous constatons régulièrement que la prise en compte du sujet permet une libération de la parole des personnels et que cela est bien souvent salutaire.

Proposer un cadre sécurisé (lieu et moment particulier, expert ou référent de confiance) dans lequel managers, salariés, directrices et directeurs vont pouvoir exprimer leurs problématiques, leurs questions, leurs doutes, exposer leurs pratiques est extrêmement sain et libère de bien des tensions ou de peurs réelles ou inutiles. Cela permet également d’identifier des dysfonctionnements à réguler : tel salarié stigmatisé et mal traité en raison de ses convictions, telle femme à qui l’on refuse une relation normale de travail et de collègue car … femme, tel cadre stressé par les demandes qui lui sont faites ou ne sachant pas réagir face à des pratiques personnelles, etc.

Parfois tus ou cachés ou à l’inverse, surestimés, les problèmes et difficultés de vos collaborateurs sont alors exprimés, traités, dépassés. La mise en place d’une politique globale de management de la diversité dans le cadre de la responsabilité sociale de l’entreprise, permet alors d’assainir le climat social, de reconstruire du collectif, de remettre en dynamique.

Tout en mettant en place les éléments de fond (règlement intérieur, guide, formations, organisation, …) pour éviter les risques potentiellement graves portant sur la relation commerciale, le climat social ou tout simplement légal et sécuritaire, la démarche permet à la direction de faire un point sur la qualité de sa politique de diversité, de prendre sérieusement le pouls de son entreprise et de renforcer l’essentiel lien de confiance de chacune et chacun au pacte global.

Les mots sont des murs … ou des fenêtres.