En Île-de-France nous avons mis en chantier 11 141 logements sociaux. Entretien avec Bruno Arbouet

Article paru dans #MagCAPIDF, décembre 2020

Entretien avec Bruno Arbouet, Directeur général d’Action Logement Groupe

Avec l’ensemble des partenaire sociaux, vous avez vivement réagit contre la nouvelle ponction d’1,3 milliard d’euros sur les comptes d’Action Logement et d’une réforme souhaitée par le gouvernement. Vous sentez-vous dans le viseur du ministère ?

Nous avons toujours placé nos relations avec l’État sous le signe de la loyauté. La Convention quinquennale, signée au printemps 2018, établit nos engagements vis-à-vis de l’État, qu’il s’agisse par exemple du programme Action Cœur de Ville ou du développement de la garantie Visale. Il est tout à fait normal et de saine gestion de revoir nos objectifs et nos priorités en les adaptant au contexte que notre pays traverse depuis plusieurs mois. Reste que les partenaires sociaux auraient a minima apprécié d’être consultés sur le principe de cette ponction et son montant, d’autant qu’une partie de ces fonds étaient déjà fléchés vers des opérations de mise en œuvre du Plan d’Investissement Volontaire (PIV)

Vos objectifs de construction de logements risquent-ils d’être revus à la baisse sur un marché déjà tendu ?

Notre pôle immobilier a remarquablement géré la fin du confinement en se mobilisant pour que les chantiers de construction reprennent au plus vite dans les conditions sanitaires les plus strictes. En cette fin d’année, nous nous apercevons que nous avons en grande partie rattrapé le retard : pour la région Île-de-France, nous avons obtenu plus de 15 000 agréments et mis en chantier 11 141 logements sociaux et intermédiaires. Cela représente un effort financier de près de 500 millions d’euros pour 2020. Aujourd’hui, notamment à travers nos trois grandes filiales franciennes (Erigère, Seqens et 3F), nous sommes clairement le premier constructeur de logement social et intermédiaire avec 40% de la production alors que nous représentons 20% du parc.

« En Île-de-France nous avons mis en chantier 11 141 logements sociaux et intermédiaires, un effort financier de près de 500 millions d’euros pour 2020 »

Dans ce contexte, que proposez-vous pour améliorer l’efficacité de votre action ?

Dans le cadre d’une négociation avec l’État, nous sommes en train de redéployer les investissements du PIV pour mieux les ajuster, en particulier aux besoins nouveaux nés de la crise de la Covid. L’ambition des partenaires sociaux a toujours été et demeure d’améliorer le service dû à nos clients-entreprises pour loger mieux leurs salariés au plus près des bassins d’emplois.

Quel premier bilan tirez-vous du programme Action Cœur de ville dont Action logement est le principal financeur ?

Action Cœur de Ville se déploie en Île-de-France à un rythme très satisfaisant. C’est un dispositif particulièrement judicieux pour la première région économique française.

 

Paru dans #MagCAPIDF