Daniel Weizmann : « L’arrêt du transport de marchandises signerait la mort de l’économie »

Dans un entretien accordé au Journal du Grand Paris, Daniel Weizmann, Président du MEDEF Île-de-France, fait état d’une situation économique excessivement préoccupante. Il alerte sur la nécessité de maintenir les activités de logistique pour continuer à faire tourner l’économie et préconise la mise en place d’un guichet unique auquel les entreprises pourraient s’adresser.

La crise due au Covid-19 est sans précédent et elle a des répercussions économiques et sociétales dramatiques : « Nos adhérents nous font état d’une situation très alarmiste. Plusieurs secteurs (restauration, commerces, événementiel) sont en état de crise majeure ». – remonte le Président du MEDEF Île-de-France. Mais la principale inquiétude concerne la logistique : des livraisons refusées, des entreprises fermées, le droit de retrait de plus en plus réclamé… « Si le transport de marchandises s’arrête, c’est la mort de l’économie. – déduit-il. Il va falloir trouver un équilibre entre les activités qui peuvent continuer à fonctionner et celles qui ne le peuvent pas. »

Pour soutenir les adhérents et structurer les supports d’aides, le MEDEF Île-de-France s’est associé avec l’ensemble des acteurs (Conseil régional, Bpifrance, Urssaf…) à un réseau d’accompagnement et d’appui aux entreprises touchées par le coronavirus : “Nous essayons de redescendre un maximum d’informations dans les territoires pour guider les entreprises, mais l’idéal serait la création d’un guichet unique”. 

D’autre part, le Président redoute qu’avec les dispositions prises pour alléger les trésoreries des entreprises, les problèmes ne soient que repoussés à plus tard : “Certains dirigeants se demandent s’ils seront encore vivants pour payer leurs échéances même dans plusieurs mois. Nous sommes face à un paradoxe : certaines entreprises notamment industrielles tournent à plein régime, voire connaissent un surcroit d’activité, car leurs clients font du sur-stockage, ce qui laisse augurer un creux de charge une fois la crise passée.”

Quant aux mesures prises par le Gouvernement, Daniel Weizmann estime que « Le Gouvernement n’a pas assez pensé à l’économie dans son plan de bataille. Une bataille se joue sur tous les fronts y compris sur les postes arrière que représente l’économie. La crise du Covid-19 va durer quelques semaines, mais la crise économique sera bien plus longue et plusieurs années seront nécessaires pour nous en remettre. »

 

>> Consulter l’intégralité de l’interview sur le site du Journal du Grand Paris