SÉCURISER LES PARCOURS PROFESSIONNELS POUR FAVORISER L’EMPLOI DES PERSONNES HANDICAPÉES

22% C’EST LE TAUX DE CHÔMAGE CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES, DEUX FOIS PLUS ÉLEVÉ QUE CELUI DES  TRAVAILLEURS VALIDES !

POUR ENCOURAGER L’EMPLOI DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP, IL NE SUFFIT PAS D’OUVRIR LES RECRUTEMENTS À PLUS DE DIVERSITÉ. L’INTÉGRATION, LE MAINTIEN DANS L’EMPLOI, L’ACCOMPAGNEMENT DANS TOUTES LES TRANSITIONS PROFESSIONNELLES SONT AUSSI TRÈS IMPORTANTS.

On dénombre un peu plus de 486 000 demandeurs d’emploi handicapés (fi n mars 2016), un chiffre jamais atteint, en hausse de 5,3 % en un an. Le taux de chômage chez les personnes handicapées (22 %) demeure deux fois plus élevé que celui des travailleurs valides et ils restent plus longtemps en inactivité (799 jours en moyenne au chômage soit plus de 200 jours de plus que pour l’ensemble des publics).

Pour enrayer ce phénomène, la piste de la sécurisation des parcours professionnels reste l’une des plus effi caces. Il s’agit non seulement de permettre l’insertion dans le monde de l’entreprise mais aussi et surtout de favoriser le maintien dans l’emploi, au travers du développement des compétences, du changement de statut professionnel, de la mobilité d’emploi à emploi, ou de la reconversion professionnelle pour une meilleure évolution du salarié tout au long de sa carrière.

UNE POPULATION PLUS ÂGÉE ET MOINS FORMÉE

La population handicapée inactive, quelle que soit la dé- finition retenue, est plus âgée que la population inactive dans son ensemble. 66 % des personnes inactives en situation de handicap et 64 % des individus inactifs bénéficiant d’une reconnaissance administrative de leur handicap ont 50 ans ou plus (contre 39 % pour l’ensemble de la population).

Elles ont également un niveau de formation inférieur à l’ensemble de la population, particulièrement les bénéficiaires de l’AAH ou les détenteurs de la carte d’invalidité : respectivement 65 % et 54 % sont sans diplôme ou détenteurs du seul BEPC. Des spécificités dont il faut savoir tenir compte au moment de recruter une personne handicapée et tout au long de son parcours dans l’entreprise.

VALORISER TOUS LES POTENTIELS

Pour faire évoluer la situation des travailleurs handicapés, il faut adapter les parcours de formation et accompagner les personnes handicapées tout au long de leurs études. “Le développement de la formation et de la qualification des personnes handicapées, notamment via l’alternance, doit donc rester une priorité ces prochaines années”, précise L’ADAPT qui est à l’initiative de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées qui aura lieu du 14 au 20 novembre prochain. Le recrutement n’est que la première étape vers l’accès à un emploi durable.

“L’inclusion ne s’interrompt pas au moment où la personne signe son contrat de travail”, rappelle L’ADAPT. “Il est impératif de proposer un accompagnement adapté à la prise de poste, une sensibilisation des équipes et des adaptations en cas de difficultés”

TRAVAILLER AUTREMENT AVEC UN HANDICAP

De nouveaux standards d’organisation du travail sont à inventer pour mieux intégrer et sécuriser ces personnes à leur poste. Parmi les pistes évoquées : manager l’individu dans sa singularité, apprendre au manager à se centrer sur les compétences et non sur le CV, apprendre à faire de la diversité au sein de l’entreprise un facteur de cohésion ou promouvoir l’emploi accompagné. Mais c’est surtout la prévention (comme la sensibilisation au handicap) qui est capitale pour prévenir l’aggravation du handicap.

“La prévention est l’un des actes premiers à envisager pour lutter contre les risques de perte de compétences, de rupture dans la continuité du parcours sécurisé, et à terme, de désinsertion” précise L’ADAPT. La prévention passe aussi par une meilleure anticipation du vieillissement au travail.

“IL EST IMPÉRATIF DE PROPOSER UN ACCOMPAGNEMENT ADAPTÉ À LA PRISE DE POSTE, UNE SENSIBILISATION DES ÉQUIPES ET DES ADAPTATIONS EN CAS DE DIFFICULTÉS.”

UNE CROISSANCE DES INSERTIONS ET DES MAINTIENS DANS L’EMPLOI Au 1er trimestre 2016, les Cap emploi ont contribué à plus de 15 500 recrutements de travailleurs handicapés, soit une hausse de 9 % en un an. La forte mobilisation des contrats aidés enregistrée depuis plusieurs années s’est poursuivie et même accentuée. La croissance des maintiens dans l’emploi s’est également poursuivie (+7 % en un an et +30 % en deux ans), les Sameth (organismes qui facilitent le maintien dans l’emploi des personnes handicapées dans les entreprises du secteur privé et les établissements du secteur public) ayant réalisé plus de 5 000 maintiens au 1er trimestre 2016 avec, comme pour les recrutements, un pourcentage de femmes égal à 50 %. Les employeurs concernés sont à 70 % des employeurs de 20 salariés et plus.