La REF : CAP sur Longchamp ! Interview de Fabrice Le Saché

Symbole d’un renouveau du MEDEF en phase avec son époque, la rencontre des entrepreneurs de France (REF), moment fort de l’organisation patronale qui marque la rentrée économique et politique du pays, se posera sur la pelouse de Longchamp les 28 et 29 août prochains.

« Plus de contradictoires dans les débats, plus de formats ateliers, plus de thèmes découvertes, plus de chefs d’entreprise du réseau, plus de contacts d’affaires, plus de convivialité et plus d’ouverture à l’extérieur ». Fabrice Le Saché, Vice-président du MEDEF a clairement donné le ton de ce nouveau rendez-vous qui s’inscrit dans le sillage de l’Université d’été du MEDEF, en lui apportant une nouvelle dynamique. Cette année, l’évènement politico-économique de la rentrée, quitte Jouy-en-Josas pour investir les pelouses de l’hippodrome de Longchamp, doté d’une plus forte capacité d’accueil, avec au cœur un bâtiment contemporain signé Portzamparc, fonctionnel et flexible pour développer de nombreux formats nouveaux.

L’équilibre entre égalité et inégalités sera au cœur des débats

« C’est un sujet passionnant qui doit nous permettre de dépasser les clichés pour comprendre des réalités complexes », précise Fabrice Le Saché. L’occasion de mettre en lumière les solutions avancées par le MEDEF aux grands défi s économiques, sociaux et sociétaux de ce début de XXIe siècle. « Les défis climatiques, numériques ou la fracture territoriale par exemple, appellent des réponses collectives. Les entreprises ont beaucoup de solutions mais ce ne sont pas les seules. Le dialogue est indispensable pour appréhender la complexité du monde et créer des dynamiques puissantes car reliant des multitudes de savoirs, de pratiques, de visions », précise Fabrice Le Saché. Tout en conservant l’ADN des Universités d’été, la REF sera un rendez-vous de networking et de business en plus d’un moment politique intense. « Le MEDEF vit avec son temps, les Universités d’été avaient été conçues pour les média traditionnels, La REF sera en plus un événement pour Instagram, Twitter et Linkedin. Les milliers de participants seront les garants de la transparence et de la qualité des débats, y compris en dehors de Longchamp », ajoute Frédéric Bedin, Président du directoire d’Hopscotch Groupe, l’agence qui orchestrera le nouvel événement. « La transparence et la sincérité sont les prérequis de ce dialogue que nous appelons de nos vœux et que nous engageons, La REF étant un haut point de cristallisation de celui-ci, sûrement l’un des plus visibles et des plus représentatifs de la volonté du MEDEF de bâtir des ponts avec l’ensemble de la société », conclut Fabrice Le Saché.

“La REF sera l’un des symboles les plus représentatifs de la volonté du MEDEF de bâtir des ponts avec l’ensemble de la société”

Entretien avec Fabrice Le Saché, Vice-président du MEDEF

Cette année l’université d’été du MEDEF quitte le campus d’HEC pour l’hippodrome de Longchamp et devient la Rencontre des Entrepreneurs de France (REF). Pourquoi cette évolution et que symbolise-t-elle ?

L’université d’été du MEDEF est née il y a 20 ans. Nous avions besoin d’un nouveau souffle et d’une tonalité plus dynamique avec plus de débats contradictoires, plus de formats en ateliers, plus de contacts d’affaires, plus de convivialité et plus d’ouverture à l’extérieur. Nous gardons néanmoins les meilleurs atouts des précédentes universités d’été, à savoir des personnalités de haut niveau, des intervenants de tous les horizons, une capacité à étonner ou à faire réfléchir dans un cadre verdoyant fin août, une présence forte de médias et d’influenceurs pour l’événement qui fait la rentrée.

Longchamp nous permet ce renouveau et cette ouverture car ce lieu est doté d’une forte capacité d’accueil avec au cœur un bâtiment contemporain, fonctionnel et modulaire pour développer des formats nouveaux. Le site est aussi plus simple d’accès, au cœur du Bois de Boulogne avec vue sur la Tour Eiffel et à proximité de La Défense et des quartiers d’affaires de l’ouest parisien. Enfin quitter HEC c’est aussi un symbole, comme celui de changer de nom. Aujourd’hui le savoir n’est plus seulement localisé ou transmis à l’université. Il est partout : dans les entreprises, dans la formation continue, dans les initiatives de la société civile. Ce sont ceux qui entreprennent qui peuvent contribuer à changer le monde.

Vous souhaitez un MEDEF plus ouvert sur le monde. Le public attendu sera-t-il différent ?

Sont effectivement attendus des milliers de chefs d’entreprises qui font partie du réseau MEDEF dans les 122 territoires et de près de 80 fédérations professionnelles qui composent notre mouvement. Au-delà des adhérents, la rencontre est ouverte à tous les chefs d’entreprises, cadres dirigeants, entrepreneurs de ce pays pour faire de cet événement, le 1er rendez-vous du secteur privé français. Si chaque participant peut repartir de la REF en ayant le sentiment d’avoir découvert quelque chose ou d’avoir rencontré quelqu’un qui lui permette d’engager des actions lorsqu’il revient dans son entreprise, nous aurons gagné. Nous souhaitons être utiles. Nous souhaitons que nos réflexions se traduisent dans le quotidien de nos entreprises. Nous souhaitons que des coopérations se nouent en marge de cet événement, que des partenariats se créent, que des entrepreneurs jettent les bases de nouveaux projets.

“Au-delà des adhérents, il y a une ouverture à tous les chefs d’entreprise, cadres dirigeants, entrepreneurs de ce pays pour faire de cet événement, le 1er rendez-vous du secteur privé français”

Quelle place pour les territoires dans ce nouveau dispositif ?

Ils seront au cœur de l’événement. Nous avons sollicité chaque territoire pour organiser des délégations d’entreprises. Ils auront la possibilité d’être visibles (stands), de prendre la parole ou d’organiser leurs ateliers (programme OFF), d’organiser des petits-déjeuners, déjeuners, cocktails, de se retrouver dans un espace adhérents réaménagé, de partager des moments de convivialité autour d’un barbecue géant le premier soir et d’un concert le second soir. Un forum adhérent sera organisé la première matinée, tradition que nous conservons car elle permet de se retrouver après l’été.

Après la crise des gilets jaunes et les chantiers de réforme ouverts par le Président Macron, ces rencontres seront-elles aussi l’occasion de réaffirmer les ambitions du MEDEF pour une société plus inclusive ?

Nous devons effectivement pouvoir réfléchir ensemble à ces sujets de façon dépassionnée. La France est l’un des pays les plus redistributifs. Nous avons la première dépense publique au monde (57 % du PIB), nous avons un des plus forts rééquilibrages de richesse par l’impôt (l’écart entre les 10 % des Français les plus aisés et les 10 % les moins aisés passe d’un rapport de 1 à 23 à 1 à 5 après imposition), nous sommes sur le podium des dépenses de santé et nous consacrons l’une des plus fortes fractions du PIB des pays de l’OCDE aux retraites. Ces chiffres seuls ne permettent pas d’expliquer le sentiment d’injustice réel de certains de nos concitoyens. L’égalité des chances ne fonctionne pas en France. L’ascenseur social est en panne et certaines catégories de notre population se sentent assignées à l’immobilité sociale. Il y a également des fractures territoriales fortes liées à la désindustrialisation des 30 dernières années et à la métropolisation, ainsi que des problématiques de pouvoir d’achat liés aux dépenses incompressibles comme le logement ou la mobilité. Enfin, la rapidité des évolutions technologiques laisse à certains le sentiment qu’ils sont laissés au bord du chemin. Le rôle du Medef c’est la réussite collective ; celle de tous les secteurs, de toutes les entreprises, et celle de notre pays. La Rencontre des Entrepreneurs de France est une occasion de réfléchir, de partager nos expériences, d’agir ensemble et de montrer que nous avons des solutions à proposer pour les grands défis qu’ils soient sociaux, économiques, environnementaux ou technologiques.

Paru dans CAP’IDF N°67